top of page
Rechercher

Les Tips de Pro avec Coralie Maître !


Je m’appelle Coralie Maitre, je suis cavalière suisse de saut d’obstacles. J’ai toujours allié mes études avec l’équitation mais cela fait maintenant bientôt 2 ans que je me consacre à 100% à ce métier. Je commence cette nouvelle saison avec 7 chevaux qui ont entre 5 et 16 ans. C’est une chance d’avoir une écurie si variée, c’est très enrichissant d’adapter le programme de préparation à chaque cheval, on ne s’ennuie jamais !





I - Ta préparation avant une échéance importante ?


On a profité de la pause hivernale pour travailler uniquement sur des barres au sol, et un peu de gymnastique afin d'améliorer ma position, et les difficultés que je peux rencontrer lors des parcours. Avant que la saison ne recommence, j’ai sauté quelques parcours pour remettre tout le monde dans le bain. Mais pendant la saison, même avant une grosse échéance il est très rare que j’enchaine un parcours à la maison, sauf s’il y a une grosse difficulté à régler. J’aime travailler sur des exercices simples mais avec beaucoup de rigueur et d’exigence. Les bases doivent êtres parfaites pour arriver au concours dans les meilleures conditions possibles.


Mes entraînements dépendent du cheval, mais on retrouve beaucoup d'exercices pour assouplir le cheval et le rendre réactif dans les jambes. Ce sont vraiment des exercices très basiques, avec des variations d’amplitudes dans des lignes, ou alors de la gymnastique pour travailler le mouvement du cheval ainsi que la position du cavalier. J’aime de temps en temps intégrer des barres au sol ou des cavalettis à mes séances quotidiennes pour que cela devienne vraiment une routine et que le cheval soit le plus décontracté possible. J’essaye de rendre le travail ludique, de jouer avec eux, l’entretien de leur mental est selon moi une grande partie de notre réussite sportive.


Je vais toujours intégrer à mes semaines, un trotting, une longe et/ou une liberté dépendant du besoin, une séance de fractionné pour travailler le cardio. Pour le reste, nous nous adaptons au cheval. Par exemple mes vieux chevaux peuvent ne pas voir une barre entre les concours si tous les voyants sont au vert. Je vais les emmener un peu plus dehors et travailler sur leur souplesse des épaules et du dos, sans oublier d’entretenir leur souffle. Si j’ai un cheval un peu plus sanguin ou inquiet, je ne vais pas hésiter à intégrer des petites barres dans mon travail, même si cela dure 5 minutes, pour qu’il prenne vraiment ça comme quelque chose de normal et qu’il arrive au concours le plus détendu possible. Généralement, la veille du concours je vérifie que tout fonctionne : l’impulsion, le frein, la direction, finalement que le cheval soit avec moi, et surtout disponible.


Après ces derniers petits réglages, je les emmène en balade pour respirer un peu d’air frais avant ces quelques jours un peu plus intenses.


Pour moi avoir un programme établi est primordial. Cela me permet déjà dans un premier temps que l’organisation soit claire pour que les grooms puissent travailler dans de bonnes conditions. Puis, cela m’apprend à connaitre davantage mes chevaux puisque leurs programmes sont établis en fonction de leurs besoins. Nous devons aussi organiser les intervenants, par exemple je ne vais pas sauter le jour du maréchal, donc je dois aussi prendre cela en compte.

J’ai de la chance de travailler avec un cavalier qui m’aide énormément sur la gestion des chevaux. Nous avons la même vision de leur bien-être et c’est pour moi un réel avantages de pouvoir bénéficier de ses conseils.



II - Les soins de tes chevaux

Je suis toujours en contact avec mon vétérinaire, si j’ai un doute je l’appelle ou je lui envoie des videos, et nous faisons des contrôles plusieurs fois par année. Pour de ce qui est du concours, les chevaux ont une physio qui est vraiment super, elle les rend plus souple et plus décontracté. En fonction de ce que je ressens, elle peut venir par exemple la semaine avant le concours ou alors parfois plutôt après.


J’ai deux grooms qui sont vraiment aux petits soins pour nos champions, ils sont très rigoureux sur les soins ainsi que des outils que j'utilise au quotidien et qui sont, pour moi, devenus indispensables à ma routine !


Dans un premier temps, le Manika Laser m’accompagne au quotidien et au concours pour la préparation et la récupération des chevaux. Les soins sont forcément adaptés aux chevaux et nous ne choisissons pas les mêmes programmes en fonction de l'âge des chevaux et de leurs pathologies.

Dans un second temps, mes chevaux ont quotidiennement la couverture et guêtres « Bemer » pour activer la micro- circulation avant que je les monte. J’ai quelques chevaux qui ont également des inhalations avant les parcours pour dégager leurs voix respiratoires.

Avec des chevaux un peu tendus ils peuvent par exemple avoir un massage sur le dos pour obtenir une décontraction musculaire.


Après un parcours nous allons mettre des packs de glace à ceux qui en ont besoin et ensuite ça varie avec de l’argile avec ou sans bandes de repos, ou de l’arnica. Après un Grand Prix ou si j’en ressens le besoin, nous faisons gonfler de la graine de lin dans de l’eau chaude, et après on l’applique sous les antérieurs et on emballe tout ça avec un pampers et du vertrap, une manière très naturelle d’enlever l’inflammation des pieds !


III - Focus Manika Laser

Une fois par semaine on utilise le Manika avec programme Universel, l’avantage est qu’il combine plusieurs programmes, je l’utilise un peu en traitement de fond pour les zones plus faibles de mes chevaux. Pour de ce qui est de la préparation, j’utilise le programme Relax, majoritairement sur le dos, 5 minutes de chaque côté. Cela me permet d’avoir une souplesse musculaire, je le ressens surtout sur un de mes chevaux qui peut être un peu inquiet et donc avec énormément de tensions sous la selle. Pour la récupération, j’utilise le mode Recup très rapidement après le parcours sur la zone qui pourrait développer de potentielles courbatures.

En fin de journée je refais une séance de Bien-être ou Relax en fonction des besoins.




III - Un dernier conseil pour les cavaliers qui te suivent ?

Je pense qu’il faut prendre le temps de réfléchir à des objectifs atteignables aussi bien pour le cavalier que pour le cheval. De mon point de vue, il peut être intéressant de se fixer un premier objectif pas trop haut, et une fois atteint, on en fixe un autre plus important, un peu comme des paliers. Il ne faut pas oublier que les amateurs sont là en priorité pour se faire plaisir. L’équitation est un sport qui se joue énormément au mental, et je trouve qu’à chaque palier franchi, c’est comme une petite victoire et donc un coup de boost supplémentaire pour les aider à performer.



Merci à Coralie Maître pour sa participation à l'écriture de cet article de blog.

Vous pouvez suivre l'actualité sportive de Coralie sur son compte Instagram !

80 vues0 commentaire

コメント


bottom of page